Lashlabask

Lashlabask, un forum rpg sur le monde magique d'Harry Potter!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ayen Yeter Oztürck [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayten Y. Oztürk
Serdaigle & Co-fondatrice <3
  Serdaigle & Co-fondatrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 590
Age : 26
Emploi : Elève de sixième année chez les Serdaigle
Petite Dédicace : J'vous aime =D
Date d'inscription : 12/01/2008

Feuille de personnage
Amis/Ennemis:
Message Personnel:
Humeur actuelle:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Ayen Yeter Oztürck [Terminée]   Dim 20 Jan - 1:30

    Prénom en HJ : silent
    Age en HJ : 16 ans et d'mi
    Comment trouvez vous le design ? Vu qui y'en a pas encore ... Rolling Eyes
    Comment avez-vous connu le forum ? C'est moi qui ai cliqué sur "Créer un forum" Cool
    Les trois codes du réglement ? Validés

    Nom de votre personnage : Oztürck
    Prénom de votre personnage : Ayten Yeter
    Age de votre personnage : 16 ans
    Son année : 6° année

    Tap, tap, tap, tap, tap, TAP !

    La tranquillité, le calme, le silence ? Ayten n’avait jamais connu, surtout durant les vacances. Avec six frères et sœurs, cela aurait été trop demander. Can, Ozen, Suat, trois frères. Esel et Esen les jumelles, Selen, trois sœurs. Et puis elle, Ayten, née la troisième, juste après Ozen, l’ainé, et Suat. La première fille. Celle qui doit être tranquille, calme et silencieuse pour les autres. Ses parents, Ali et Suna, n’étaient pas d’un naturel sévère, et ne faisait que suivre une longue et ancienne tradition de la famille Oztürck, à savoir que la première fille doit être la plus soumise. Vous ne comprenez pas grand-chose n’est-ce pas ? Commençons par le début dans ce cas. La naissance d’Ayten. Née à Istanbul le 21 janvier 2181, elle n’y passa que très peu de temps. Accompagnée de ses parents, d’Ozen et Suat et de Selen qui venait de naitre, la jeune fille déménagea en Angleterre. Un changement brutal, dont elle n’a de souvenirs que la douleur de devoir laisser son grand-père, Neyat, sur le sol turc. A cette époque, Ayten n’a que cinq ans. Malgré son jeune âge, elle sait déjà lire et écrire. Mais l’Arabe seulement. Néanmoins, en moins d’un an, elle apprendra à lire et à parler l’Anglais, tout en conservant un charmant accent des pays chaud. En parlant de chaleur. Au pays du traditionnel« Fog » et de la pluie, on ne fait pas de cadeau à la famille Oztürck. Pluie continuelle, brouillard froid et glaçant, tous auront du mal à s’y habituer. Ayten particulièrement. Sa petite maison blanche au toit plat, continuellement ensoleillée, et son grand-père, tout cela lui manque, et à sept ans, elle se promet qu’un jour elle y retournera. Et puis, brutalement, par une belle, et rare, journée de printemps, en 2188, ses parents lui annonce la mort de Nejat, son grand-père, et là, tout s’écroule autour de la petite fille. Istanbul ? C’est finit. Plus jamais elle n’émettra l’envie d’y retourner, cette ville lui ayant ravie tout ce qu’elle aimait. Et puis de toute façon, il y a ses parents. Eux, ont depuis longtemps décidé de rayer de leur vie tout ce qui avait attrait à la Turquie. Pourquoi ? Cela Ayten ne le saura que le jour de ses onze ans.

    2189, Ayten a huit ans, et les jumelles, Esel et Esen, les jumelles naissent. Ce seront les derniers enfants de la fille. Entre temps, Can, son seul petit frère est né, en 2186, lors de son arrivée en Angleterre.

    Et puis les jours passent et se ressemblent. Ayten va à l’école primaire, une petite école de quartier sans prétention. Elle est intelligente, s’ennuie en classe, et finit par sauter une classe. C’est une petite fille tout ce qu’il y a de plus banale, souriante, aimable, et pourtant on sent une pointe de mélancolie encrée en elle, qui refuse de s’en aller. Chez elle, Ayten est plus réservée. Peut-être est-elle étouffée par le caractère de ses frères et sœurs, tous plus grandes-gueules les uns que les autres. C’est ce que ses parents supposent. Pourtant, c’est simplement le caractère de la jeune fille qui fait qu’elle n’aime pas le bruit, les cris, ou encore les disputes.

    2190. Ayten finit par se poser quelques questions. Pourquoi Ozen et Suat, de six et deux ans ses ainés, sont toujours absents ? Pourquoi ne les voit-elle que pendant les vacances ? Ayten est certaine qu’ils ne sont pas dans cette espèce d’école privée, dont ses parents vantent les mérites 24/24h. Inscrire ses frères là dedans aurait ruiné toute sa famille et pourtant rien n’a changé. Elle mange toujours du chocolat le matin, et sa mère lui achète souvent des robes neuves. Alors, que se passe-t-il, que lui cache-t-on ? Est-ce que cela aurait un rapport avec toutes ses choses étranges qui se passent chez elle depuis quelques temps ? Comme par exemple la fois où un hibou à pénétré chez eux de jour, par la cheminée, une lettre dans le bec ? Que son père a attrapé cette lettre en silence, et à intimer à ses enfants d’aller se coucher en oubliant l’incident ? Peut-être que ses frères et sœurs l’ont fait, mais pas elle. Que disait cette lettre ? Ayten ne le sait pas, et ne le saura jamais. Elle ne ferait que deviner, lorsqu’elle aussi recevra une lettre, pareille à la première, mais lui étant destinée cette fois.

    1981, 21 janvier, Ayten à onze ans. Et là, elle apprend toute la vérité sur sa famille. Elle est une sorcière, et si ses parents ont quitté Istanbul, c’était pour permettre à Ozen, son aîné, de pouvoir faire des études dignes de ce nom à Lashlabask, une école de sorcellerie. Pour un esprit aussi rationnel que celui d’Ayten, c’est dûr à croire. Pourtant, dans les mois qui suivent, elle apprend tout ce qu’il faut savoir sur cette fameuse école. Qu’elle a été détruite lors d’une guerre sans précédente, et qu’elle s’appellait Poudlard avant. Que ses deux frères poursuivent leur étude là-bas depuis six ans pour Ozen et deux ans pour Suat. Qu’ils ont été répartis en fonction de leurs caractères et, qu’en conséquent, Ozen à attérit dans une maison nommée Gryffondor, et Suat dans une autre, ennemie à la première, Serpentard. Que ces deux maisons sont sensées se haïr, mais que, pourtant, ils ne peuvent s’y résoudre. Qu’elle, Ayten, va devoir rejoindre cette fameuse école, et y faire ses études. Pourtant, la jeune fille en est sûre, tout ceci est une plaisanterie. Elle a beau avoir essayé de toutes les manières possibles de lancer des sors, rien n’est jamais arrivé. Devant ses interrogations, on lui explique que pour lancer un sortilège, il faut une baguette magique. Et qu’elle en posséderait une, lorsqu’ils iraient acheter ses fournitures.

    Il lui faudra du temps pour réaliser, y croire. Même à son âge, seize ans, c’est parfois un peu dur de se dire que l’ont peu faire de nombreuses choses, irréalisables pour de simples moldus, avec un simple morceau de bois. Irréalisable aussi le fait de pouvoir vivre libre, 24/24 sans ses parents, sans ses frères et sœurs, ou presque, Can étant entré à Lashlabask lui aussi, dans la maison des Poufsouffle. Et, irréalisable aussi de se dire que l’on fait tout cela pour rien. Maintenant vous allez comprendre le problème d’Ayten, celui qui fait cette petite pointe de mélancolie, et ce perpétuel pincement au cœur lorsqu’elle y pense. Le jour de ses quinze ans, la jeune fille a appris que l’année de ses 17 ans, lors de sa sortie de Poudlard, elle était condamnée à retourner à Istanbul. Condamnée ? Hélas, ce n’était pas un choix, pas même une envie furtive de retourner sur son lieu de naissance. Encore aujourd’hui, les mariages arrangés existent. Et Ali et Suna ont beau être des parents compréhensifs et merveilleux, sur ce point, ils n’en démordront pas. Ayten a abandonné depuis longtemps l’espoir de les faire changer d’avis. Et c’est habitué au fait, qu’un jour, elle devra partir en Turquie épouser un homme qu’elle n’a jamais vu et dont elle ne connaît que le prénom : Aheren. Il a dix-huit ans, et n’a pas eut le choix, lui non plus. Pourtant Ayten lui en veux. Elle lui en veut de toutes ses forces de lui gâcher sa vie. C’est comme cela. Et elle cherche en elle la force de se révolter, de s’enfuir peut-être, mais elle n’a pas le courage. Son esprit lui dit, que si elle tente quelque chose, elle va décevoir ses parents. Ce n’est pas faux. Et pourtant, inconsciemment, elle sent que cela est la seule chose à faire. Lâche.

    BOUING !!

    La tranquillité, le calme, le silence ? Ayten n’avait jamais connu, surtout durant les vacances. Heureusement que c’était là fin des vacances, le retour à Poudlard. Selen. Sa furie de petite sœur. Elle venait, pour la troisième fois consécutive en trois ans, de se cogner au marchepied du Poudlard Express, basculant dans le train la tête la première. Ayten, qui avait l’habitude des maladresses de sa petite sœur, se contenta de hausser les sourcils, de monter à son tour les trois petites marches, de passer ses jambes une par une par-dessus les fesses de sa sœur, sans lui accorder un regard. Elle qui niait depuis des années d’avoir ne serait-ce qu’un gène en commun avec cette catastrophe naturelle, ce n’était pas maintenant qu’elle allait l’aider. Le moment était d’ailleurs venu de retrouver ses amis, et d’oublier, comme chaque année. Oublier ses parents, cet Aheren et ne penser qu’à elle, à ses études, et essayer de passer une année sans trop de heurts. Essayer.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lashlabask-x.forum-actif.net
 
Ayen Yeter Oztürck [Terminée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lashlabask :: [ *~~ Avant tout ~~*] :: La salle des répartitions :: Fiches des serdaigles-
Sauter vers: