Lashlabask

Lashlabask, un forum rpg sur le monde magique d'Harry Potter!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Quand Peeves fait des siennes [Prio Peggy puis libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mara E. Shenell
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 15/04/2008

MessageSujet: Quand Peeves fait des siennes [Prio Peggy puis libre]   Ven 23 Mai - 11:21

    « PEEEEEVES ! REND MOI MA CHAUSSETTE IMMEDIATEMENT ! »

    L’air totalement en nage, une jeune fille blonde aux cheveux ébouriffés, dérapa dans un angle de couloir, avant de tourner, poursuivant une espèce de petit fantôme ricanant, qui tenait dans ses mains une espèce de torchon marron/beige.
    Mara était une jeune fille tout à fait stable et saine d’esprit d’habitude. Une frange blonde rebiquant reposait sur ses yeux, ses yeux bleus océans où l’on se noierait bien, comme à son habitude. Ses traits fins étaient naturels, sans maquillages ni accessoires débiles. D’habitude elle marchait la tête droite, le menton relevé, et un éternel air fier scotché sur le visage, mais là, la situation lui interdisait de prendre son temps. Mara était franche, lorsqu’elle avait quelque chose à dire elle le disait, et plutôt deux fois qu’une. Elle était ainsi, elle ne se souciait jamais des conséquences. Bien souvent elle le regrettait. Et refaisait toujours les mêmes erreurs. Imaginative et inventive, elle n’avait peur de rien. Les bêtises les plus bêtes ? Elle les faisait. Peut-être était-ce pour cela qu’elle avait passé le plus clair de son enfance punie dans sa chambre. Sa mère ? Elle n’arrivait pas à l’aimer, la rendait responsable du départ de son père. C’était à cause d’elle qu’il avait perdu les pédales, qu’il avait fuit loin de ses enfants. Sa sœur ? Une sale garce, à Serpentard. Mara et Maud ne s’était jamais entendue, ce n’était pas maintenant que cela allait commencer. Quand à Adam, elle ne le reconnaissait plus. Il prenait la défense de Maud, devenait de plus en plus colérique. Son frère, son meilleur ami avait changé et elle ne l’acceptait pas du tout. Mais après tout. Peut-être était-ce mieux ainsi. Mara aimait être seule. Tout en ayant des tonnes d’amis à côté. Assez paradoxale non ? Elle pensait seulement que les deux pouvaient être tout aussi bien ; la solitude et la compagnie des gens. Ni l’un ni l’autre ne lui paraissait mieux. Sous son air stone, elle s’est forgée une carapace et n’est pas prête à en sortir, pour le moment. Et sinon, le plus important chez Mara, c’est le fait qu’elle déteste Peeves et ses blagues foireuses.


    « EN PLUS C’EST MA PREFEREE ESPECE DE TROLL ! REND LA MOI ! »

    L’esprit frappeur ne paraissait pas le moins du monde disposé à obéir. Tandis que la Gryffondor devenait de plus en plus rouge, à cause de la colère et surtout de sa course effrénée avec Peeves, lui continuait à glousser tout en voltigeant dans les airs, sa chaussette à la main. Apparement cela amusait aussi certains élèves qui ricanaient gentiment, se moquant de Mara tout en remerciant le ciel de n’être pas à sa place. Chaque savait que, pour résonner Peeves, il fallait user des tonnes et des tonnes de salive. Cet imbécile était encore plus bouché qu’un Troll. Se retenant de pousser des tonnes de jurons, la rouge et or continua sa course, faisant semblant de ne pas entendre les commentaires désobligeants de ses camarades. Elle se trouvait au troisième étage, un des couloirs les plus peuplés donc. Bien évidement. Peeves n’allait pas choisir un endroit désert pour l’humilier, cela aurait été trop beau. Grinçant des dents, elle serra les poings. De toute façon, elle n’abandonnerait pas. Une Shenell n’abandonnait jamais. Cela lui aurait donné bien trop de jouissance à cet esprit frappeur. Et son alter égo aurait été réduit en miettes. Plutôt mourir que de se laisser piétiner par un truc même pas vivant.

    Peggy Weel. Préfète des Gryffondor. Jouant dans l’équipe de Quidditch avec brio d’ailleurs. Rédactrice à la gazette. Et c’est sur elle que Peeves décida de déposer la chaussette volée, tout en ricanant d’un air stupide. La jolie noire se retrouvait maintenant avec une chaussette beige, à carreaux plus foncés, sur la tête. Et elle n’avait vraiment pas de chance car Mara l’avait mise la veille. Elle ne devait donc pas sentir très bon cette chaussette. Il fallait toujours que notre Gryffondor se fourre dans des situations impossibles. Imaginons un seul instant que Peggy lui en veuille. Sa photo serait en couverture sur la gazette, avec des tonnes d’insultes et … argh elle préférait même ne pas y penser. Non que Mara soit du genre à se préoccuper de ce que les gens pensent d’elle, au contraire, mais il y avait des limites à tout. D’un air faussement horrifié, parce qu’après tout cette situation était tout de même assez loufoque, elle se précipita vers Peggy.


    - Heu … c’ma chaussette. Par contre t’as pas intérêt à dire qu’elle pue, parce que c’est presque pas vrai. Et excuse-moi. Même si c’est entièrement de la faute de Peeves.

    En parlant de Peeves. L’esprit frappeur revenait vers les deux jeunes filles ricanant doucement de sa voix criarde, un grand baquet dans ce qui lui servait de bras. Horrifiée, Mara songea à fuir en courant. Elle ne savait pas ce qu’il avait prévu, mais elle avait un drôle de pressentiment. Avant qu’elle n’ai eu le temps de dire ou penser quelque chose, elle se retrouva recouverte de mélasse des pieds à la tête. Et Peggy n’était pas dans un meilleur état qu’elle. L’esprit frappeur ricanait, les élèves qui se trouvaient là aussi, sûrement. Et Mara, elle, ne trouva qu’une seule chose à dire. Ou plutôt à beugler, toute collante qu'elle était.

    -PEEEEEEEEEEEEVES JE VAIS TE TUER !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Peggy Weel
||♥ Modo & Gryffondor ♥||
||♥ Modo & Gryffondor ♥||
avatar

Féminin
Nombre de messages : 789
Age : 25
Points gagnés/ Perdus : +10/-10 zéro quoi^^
Date d'inscription : 13/02/2008

Feuille de personnage
Amis/Ennemis: [++] James Fender, Kaede [+] Kristina [--] Ryan
Message Personnel:
Humeur actuelle:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Quand Peeves fait des siennes [Prio Peggy puis libre]   Lun 9 Juin - 7:03

-ARGH CA M'ENERVE!!!

Peggy froissa le bout de papier qui se trouvait entre ses mains et le jetta dans la cheminée de la Salle Commune des rouges et or. Rien à faire, elle avait beau s'y mettre, son cerveau n'était pas concentré sur l'article qu'elle devait écrire. Elle n'arrivait pas se concentrer sur un scoop qui pourtant aurait du l'inspirer. D'habitude, avec le moindre petit détail qui pourrait paraître insignifiant à chque personne, Peggy y associé un titre explosif et un article ravageur. Tout faisait tilt dans sa tête en moins de deux. Mais là, elle n'arrivait pas à penser à autre chose qu'à ses parents. Un mois déjà et toujours aucune nouvelle d'eux. Avant elle avait le droit à des reccomendations, des conseils, et des nouvelles une fois par semaine. Et là, un mois aujourd'hui et toujours rien. Autant dire que la pauvre Gryffondor commençait réellement à s'inquiéter. Peggy se leva et prit ses affaires. Elle monta les escaliers et arrivée dans son dortoire y déposa ses feuilles de parchemins vierges ainsi que sa plume de chroniqueuse. Elle se dirigea ensuite vers la fenetre et observa le ciel longuement, comme si elle s'attendait à voir surgire Girou, le hibou de la famille.

Aprés quinze minutes à fouiller bêtement le ciel du regard, Peggy décida de sortir prendre l'air. Mais comme dehors il faisait froid, elle décida d'aller faire un tour dans les couloirs. Peut-être qu'avec un peu de chance elle tomberait sur ses meilleures ennemies, Macfeeld et Ryan. Si elle les voyaient, elle était sûre de bien s'amuser et de penser à autre chose. Mais les problèmes avaient décidés de la suivre toute l'année. C'était le milieux de l'année, et il manquait toujours trois joueurs à l'équipe des lions. Peggy venait d'apprendre qu'Eliza Macfeeld, son ennemie préféré, avait rejoint l'équipe. Il ne manquait plus aux larves que deux joueurs et leur équipe serait prête. La Gryffondor voulait à tout prix que leur équipe soit complète avant celle des larves. Mais les Gryffondor ne semblaient pas motivés à rejoindre l'équipe cette année. Peggy était découragée.

La jeune Gryffondor soupira, et sortit de son dortoire, prenant son temps en traversant la salle commune, espérant voir un ami, avec qui elle pourrait se changer les idées. Mais apparement, elle était la seule cinquième année qui ne travaillait pas ardement. Peggy sortit de la salle des rouges et or et s'arrêta juste devant le portrait, se demandant où elle pourrait aller. Elle était sûre que si elle allait à la biblihotèque elle trouverait tous ses amis. Mais elle n'avait aucune envie qu'on lui dise qu'elle devrait travailler au lieux de trainer. Peggy voulait s'amuser, rire, s'éclater. La seule solution qu'elle voyait c'était les Serpentard. Mais elle ne savait pas où les trouver, et elle ne voulait pas jouer à la chasse aux larves toutes seule.

Peggy soupira une nouvelle fois et décida de tourner dans les couloirs et escaliers. Peut-être trouverait-elle de quoi se divertir? Peggy commença alors sa tournée, s'arrêtant ici et là en croyant entendre quelque chose d'assez intéressant pour faire la une de la Gazette. Mais rien de bien impressionant, elle continuait donc son chemin, cherchant comme toujours de nouveaux scoop. La chasse au scoop, ça aussi c'était un de ses jeux favoris, aprés la chasse aux larves bien évidemment. On pouvait en entendre des mûres et des pas bonnes, avec tous les ragots qui circulaient dans Lashlabask. Certains disaient que Peggy était LA source de ragot du colège, mais c'était faux. Peggy prenait en compte chaque potins, et l'appronfondissait, étuidiait chaque détail, pour réussir à en faire un véritable scoop explosif! Voilà ce qu'était son travail. Elle n'allait tout de même pas inventer que Gertrude sortait avec Paul Jacques sans en avoir entendue des tonnes! Par exemple, pour Candy et Sean, elle n'avait pas dit ça par plaisir. Elle avait simplement entendue des énormités sur leur "relation" durant cette nuit dans la forêt, et elle avait donc décidé d'en savoir plus. Voyant que ce sujet excitait énormément les élèves, et que certains Serpentard venaient la voir pour témoigner, Peggy n'avait pas hésité. Et que dire de plus à part que son article avait fait un malheur? Elle n'avait fait qu'entendre les demande des lecteurs.

Pensant à la Gazette et à toutes les énormités qu'elle avait découverte, Miss Weel ne faisait pas attention à ce qui l'entourait. Peut-être que s'il elle avait été attentive, elle aurait entendue, le grondement d'une fille qu'elle connaissait bien.


« EN PLUS C’EST MA PREFEREE ESPECE DE TROLL ! REND LA MOI ! »

Mais non, Peggy ne faisait attention à rien. La pauvre, si elle avait su ce qui l'attendait au tournant du couloir, elle ne serait pas sortit de sa Salle Commune. Mais bon, Peggy avait beau ramarquer les choses et présentire les catastrophes comme personne, elle ne pouvait pas lire l'avenir. Dommage, la sorcellerie n'était pas assez dévelopée. Quoi qu'il arrive, elle tourna à l'angle du mur, et la lumière s'étegnit soudain. Enfin, non je réctifie, une chausette marron lui tomba sur les yeux. Peggy l'écarta de son visage rapidement en grimaçant. **Berk, mais c'est quoi cette histoire** Peggy comprit rapidement en voyant une Gryffondor se précipiter vers elle et Peeves ricaner.

« Heu … c’ma chaussette. Par contre t’as pas intérêt à dire qu’elle pue, parce que c’est presque pas vrai. Et excuse-moi. Même si c’est entièrement de la faute de Peeves. »

Ah, elle avait enfin trouvé comment rire. Mara E.Shenell sixième année, certainement une des filles les plus drôle du collège. Peggy éclata de rire, et dit à la jeune fille:

-Ne t'inquiète pas, je sais trés bien que ce n'est pas de ta faute.

Peggy arrêta immédiatement de rire. Elle n'avait pas remarqué que l'esprit frappeur était de nouveau prés d'elles, et elle eut la sensation d'une douche glacée, juste avant de découvrir avec horreur qu'elle était recouverte de mélasse de la tête aux pieds. Enragées, d'une même voix les filles beuglèrent, attirant l'attention des élèves d'un bout à l'autre du couloir:

« PEEEEEEEEEEEEVES JE VAIS TE TUER ! »
-PEEEEEEEEEEEEVES TU ES MOOOORT!

Deux phrases aussi bêtes l'une que l'autre, étant donnée que Mara ne pouvait plus tuer Peeves, et que Peggy lui annonçait ce qu'il savait déjà depuis bien longtemps. Bon le bon coté, c'était que Peeves était partit. Bouillonant de colère Peggy regarda son amie comme si c'était elle la fautive:

-Comment est-ce qu'on va enlever cette horreur, BORDEL?!

S'écira-t-elle. Elle était toute collante, et ne pensa même pas à sortir sa baguette de sa poche. Evidemment, Peggy n'avait toujours pas compris qu'il ne faut pas se réjouïre trop vite, car Peeves était de retour, et avant qu'elle n'ait le temps de s'enfuire en courant, ce qui était impossible vut que son pantalon collait, elle sentit un poid énorme tomber sur elle et une étrange couleur blanche l'entourer. Peggy toussa, à cause du paquet de farine que l'esprit frappeur avait lancé sur elle et Mara. Les deux filles étaient tombés sous le poid du paquet, et Peggy en regardant son amie, découvrit qu'elle était blanche comme neige. Elle aussi d'ailleurs. C'était vraiment drôle à voir, et Peggy explosa de rire, en gueulant à Peeves qu'il allait le regretter toute sa vie, ce qui une fois de plus était complètement bête vu que le fantôme n'était plus vivant.


[HJ: désolé pour le temps que j'ai pris à répondre Embarassed ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mara E. Shenell
Gryffondor
Gryffondor
avatar

Féminin
Nombre de messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 15/04/2008

MessageSujet: Re: Quand Peeves fait des siennes [Prio Peggy puis libre]   Jeu 12 Juin - 0:37

    -Comment est-ce qu'on va enlever cette horreur, BORDEL?!

    Pour l’instant, Mara pensait plutôt au moyen de torturer Peeves. S’il avait été vivant, elle l’aurait passé dans une machine à charcuterie, avant de lui arracher les orteils un par un avec un décolleur d’ongle. Elle lui aurait ensuite mis un tube en fer dans le derrière, communiquant avec une batterie électrique, lui envoyant autant de volt qu’il était possible. Là, s’il était toujours vivant, elle ne voyait pas ce qui aurait pu l’avoir. Malheureusement Peeves était bel et bien mort et les tortures physiques n’auraient servies à rien sur l’esprit frappeur. Il y avait de quoi hurler de frustration n’est-ce pas ? Pourtant, Mara se retint. Pour l’instant, elle s’était fait assez remarquée. Et puis trouver la réponse à la question de Peggy était bien plus important. Comment enlever la mélasse qui les recouvrait ? En attendant de trouver une solution, la rouge et or se demandait plutôt si elle pourrait retrouver l’usage de ses mouvements un jour où l’autre. En effet, le poids de la mélasse la rendait lourde, très lourde, et il lui avait fallut quelques minutes avant de s’habituer. Même Mara, qui aimait beaucoup rire et faire des blagues, trouvait cela totalement idiot. Sûrement parce que c’était elle, et Peggy, la victime dans l’histoire. En parlant de victimes, Peeves n’avait décidément pas finit de les faire enrager, nos deux Gryffondor. Du coin de l’œil, Mara le vit revenir, faisant des loopings dans les airs, quelque chose dans les « mains ». Pressentant le mauvais coup, elle beugla, d’un air affolé :

    - Non … non … NOOOOOOOOOOOOOOOON !

    C’était une matière blanche et nuageuse qui venait de leur tomber dessus. Regardant Peggy, qui était devenue couleur neige, la jeune sorcière s’aperçut que c’était de la farine. Peeves avait dévalisé les cuisines ou quoi ? Il allait revenir les achever en les transformant en gâteau ? Et hop un œuf sur la tête de Peggy, du sucre sur Mara. Et une framboise sur le sommet du crâne de chacune des deux filles, pour leur donner du goût. C’était ça son plan ? Les dévorer toutes crues ? Mais c’était un esprit frappeur, il n’avait pas besoin de manger. Alors il faisait cela par plaisir. Avec un sourire déstabilisé, Mara se dit que c’était encore pire que tout. Ne pas avoir de raison de faire ce que l’on fait. Elle releva le nez vers Peggy pour lui faire partager son point de vue, lorsqu’elle se rendit compte que celle-ci était prise d’un fou rire. Le son cristallin de sa voix était communiquant, et Mara se mit elle aussi à pouffer de plus en plus fort. Les deux jeunes filles, ainsi transformées, plantées au milieu du couloir, devaient vraiment avoir l’air bête et stupide. Néanmoins Mara se fichait totalement de ce que les gens pensaient d’elle. Sauf que … là droit devant, encore trop loin pour avoir totalement aperçu Peggy et Mara : un groupe de Serpentard. Cinq. Mara les connaissait de vue, mais elle ne savait aucun de leurs prénoms. Les seuls renseignements qu’elle possédait sur eux étaient leur bêtise immense, et leur capacité à trouver en Peggy une victime et à lui faire toutes les crasses possibles.

    Alors, en bonne Gryffondor courageuse qu’elle était, elle choisit une solution adaptée à la situation : la fuite.


    - Vers de terre en vue ! Opération « Je-cours-le-plus-vite-possible » en activité. Par ici mon colonel.


    Attrapant Peggy par la main, elle la tira à ses côtés et les deux jeunes filles se mirent à courir, du mieux possible. Courir était un bien grand mot et, à cause de la mélasse et de la farine, elles marchaient plus qu’elles ne courraient. Il fallait trouver une solution et vite, avant de devenir la risée des Serpentard pour la décennie à venir. Avisant soudainement la tapisserie de Dumbledore, un ancien Directeur de Lashlabask qui s’appellait alors Poudlard, la jeune fille se souvint d’un jour où elle s’était encore fourrée dans le pétrin, avec son grand frère Adam. Les deux jeunes gens venaient d’insulter, sans le savoir, un préfet, de Serpentard, qui plus est et ils s’étaient aussi enfuis en courant. Adam lui avait alors montré cette cachette qui leur avait sauvés la vie. Maintenant cela faisait deux ans que son frère avait quitté Lashlabask, mais la rouge et or s’en souvenait comme si c’était hier. Se précipitant vers la fameuse tapisserie, elle se dissimula derrière, Peggy à sa suite. Les Serpentard avait sûrement remarqué l’endroit où elles avaient disparut ainsi elle regarda derrière elle. Il y avait un escalier, comme dans ses souvenirs. Sauf que cet escalier lui était totalement inconnu. Avec Adam elle s’était contentée de rester cachée derrière la tapisserie attendant que le préfet humilié n’abandonne les recherches. Là, elle était presque certaine que les vers de terre n’allaient pas laisser passer une occasion de les humilier, ainsi se retourna t’elle vers Peggy, murmurant :

    - Bon bah je crois qu’on n’a plus le choix. Qu’est-ce que t’en penses ?

    Elles n’avaient pas le temps de discuter, ainsi Mara pria pour que son amie prenne une décision le plus rapidement possible. Et la bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand Peeves fait des siennes [Prio Peggy puis libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand Peeves fait des siennes [Prio Peggy puis libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boule de neige (prio ross puis libre)
» On ne réfléchit à sa vie que quand on fait des erreurs.
» Quand un ballon de basket fait des siennes [Claire]
» Que faire à la plage quand il fait chaud? Mater evidemment!
» Quand la neige s'illumine. [Aku]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lashlabask :: [*~~A poudlard~~*] :: Cinquième étage :: Couloirs et Escaliers-
Sauter vers: