Lashlabask

Lashlabask, un forum rpg sur le monde magique d'Harry Potter!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Toilette Royale [PV: Ayten]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
June Delware
Serdaigle
Serdaigle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 116
Age : 25
Emploi : Serdaigle de 6ème année !
Date d'inscription : 19/06/2008

Feuille de personnage
Amis/Ennemis: Ayten [+] Max [+]
Message Personnel:
Humeur actuelle:
10/10  (10/10)

MessageSujet: Toilette Royale [PV: Ayten]   Mar 24 Juin - 13:40

Pourquoi somme-nous ici ? Quel est le but d'une vie sur terre ? Quelle modeste contribution l'être humain peut-il apporter à l'univers, dans lequel il est si insignifiant ? Qui sommes-nous ? Voilà des questions existentielles, que l'on se pose généralement un jour ou l'autre. MUAHAHA. Avouez, vous avez cru que c'était ce genre de question que se posait June en ce moment ! Eh bien non ! La demoiselle avait décidé qu'à 16ans la vie était belle, qu'elle aurait le temps de se poser des questions plus tard et en attendant, c'était la fête ! Et les cours à l'occasion. Parlons-en des cours ? Comment se faisait-il que celui de Potions soit si long ? Non pas que la Serdaigle n'aimât pas cette matière, bien au contraire, c'était l'une de ses préférées. Seulement, elle avait du mal à se concentrer sur son philtre de la Goutte du Mort Vivant plutôt que sur le glou glou continu qui s'élevait de son chaudron. Mais pourquoi avait-elle décidé ce matin-là qu'un apport de vitamines lui serait nécessaire si elle voulait être capable de rester éveillée ? Elle n'aurait jamais du avaler ces deux litres de jus de citrouille en plus de son café habituel. Maintenant, elle avait affaire à l'ennemi le plus coriace qui soit ! Une vessie en colère !
Le premier moment où un professeur doit commencer à s'inquiéter, c'est lorsque ses élèves commencent à regarder leur montre. Lorsque cinq minutes plus tard, les mêmes élèves tapotent le cadran de leur montre pour s'assurer qu'elles ne sont pas cassées, c'est que c'est mort. Si elle avait eu une montre, June l'aurait déjà fracassée au sol et piétinée sans ménagement. Heureusement pour la gent horlogère, elle n'était d'ordinaire pas préoccupée par l'heure, aussi n'avait-elle aucun moyen d'exprimer sa frustration sur les pauvres petits objets.


DRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIING !!!



*Pas trop tôt !*

Et hop ! Ni vu ni connu je t'embrouille, en moins de temps qu'il ne fallait pour dire "oups", la Bleue et Bronze avait déjà rendu une fiole de son travail, fait se volatiliser sa potion, nettoyé son plan de travail, jeté ses livres dans son sac, ce dernier sur son dos, et pris la poudre d'escampette. Elle remonta les escaliers des cachots à toute allure, bousculant au passage quelques Serpentard qui montaient prendre leur déjeuner. Tant pis pour eux après tout, ils n'avaient qu'à pas se trouver là à cet instant ! Ne comprenaient-ils pas que c'était une question de vie ou de mort ? Même remarque à propos du petit Poufsouffle qu'elle avait manqué d'assommer dans un dérapage. Il n'avait d'ailleurs toujours pas compris qu'elle avait employé un raccourci et devait se demander comme elle avait fait pour disparaître ainsi. La classe. Bref, à force de passages secrets et de petits raccourcis, la sixième année était parvenue à éviter le gros des élèves qui déferlait en masse vers la Grande Salle. Enfin arrivée au deuxième étage, elle faillit s'étaler au sol en se prenant les pieds dans un tapis, mais retrouva son équilibre de justesse. Quand elle releva les yeux vers la porte des toilettes à l'autre bout du couloir, elle aperçut une autre fille, probablement une troisième année, qui s'apprêtait à entrer. Et là... c'est le drame. S'il ne restait plus qu'une seule cabine de libre ? Dans ce cas de figure, elle serait obligée d'attendre. De passer après la morveuse. C'était impossible ! Elle pourrait jamais attendre ! La jeune fille piqua un sprint endiablé. Elle n'aurait probablement pas couru plus vite si elle avait été poursuivie par une meute de loup-garous affamés.

- Preeuuuuuuuuuuuum's ! hurla-t-elle en se jetant littéralement sur la poignée. Maintenant tu m'laisses passer stu veux pas finir en scroutt à pétard ! déclara-t-elle en agitant sa baguette.

Quelques deux minutes trente plus tard, elle était assise sur sa cuvette, en train de penser que c'était probablement pour cela qu'elle n'était pas préfète. Elle n'avait que trop tendance à exploiter la crédibilité de ses jeunes camarades pour les embobiner, et bénéficier d'avantages qui n'avaient en réalité, pas lieu d'être. Elle-même n'aurait jamais osé contredire un plus grand qu'elle lorsqu'elle était petite. Après tout, ils semblaient si impressionnants ! A cette époque, elle aurait juré que les septièmes années étaient déjà de puissants mages. A présent, c'était simplement des élèves âgés d'un an de plus qu'elle, qui devraient à la fin de l'année, passer des examens déterminants pour leur avenir, pendant qu'elle serait allongée au bord du lac, occupée à se faire bronzer. La vie était vraiment bien faite. Bref, cette troisième année qu'elle avait mis en fuite, ferait la même chose qu'elle dans trois ans, c'était ainsi que fonctionnait le système depuis toujours. Un cycle imperturbable. Pas de quoi culpabiliser donc, d'avoir les toilettes entières pour elle seule. A présent que sa PPP - Petite Pause Pipi - était terminée, elle allait pouvoir descendre rejoindre ses amis pour déjeuner, et passer la première heure de l'après-midi à profiter des derniers rayons que le soleil daignait leur accorder en ce mois d'Octobre. C'était un miracle qu'à cette époque de l'année, des pluies diluviennes ne se soient pas encore abattues sur toute la Grande Bretagne, et notre Californienne s'en serait voulue de ne pas savoir savourer ce petit miracle.

C'est donc dans l'optique de passer un bon début d'après midi qu'elle quitta enfin son siège, et tenta de sortir de la cabine. Lorsque le verrou refusa obstinément de s'ouvrir, elle ne paniqua pas. Après tout, elle était une sorcière ! Un "alohomora !" plus tard, elle était bien embêtée de toujours se trouver là. Aucun chewing gum n'obstruait le trou de la serrure et il était étrange qu'elle se retrouve enfermée là; elle n'avait entendu aucun élève, et il n'existait pas trente milles sortilèges pour ouvrir les portes, elle aurait donc du être déjà en train de descendre les escaliers. La miss tenta donc le Finite Incantatem, mais rien n'y fit, elle restait bloquée dans sa cabine, quand un long gémissement se fit entendre. Ooooh non... Voilà que Mimi Geignarde approchait...
Le fantôme de la fillette débarqua directement dans la cabine, et à la plus grande surprise de June, déclara être responsable de son état de prisonnière. En effet, la pauvre fille fantôme avait décidé qu'elle ne voulait pas être la seule à se morfondre dans son ennui et dans sa solitude. Donc elle allait la laisser là, et puis au final, elle trouvait ça très amusant, étant donné que selon elle, June avait tout pour elle. Mimi partit en décrétant que c'était bien fait.


- QUOI ?! Mais t'en va paaas !!!! Mimi !!! Mimi reviens sinon... MIMIIII ! REVIENS !

C'était peine perdue: l'ectoplasme avait déjà traversé le plafond et ne pouvait plus l'entendre. De rage, la jeune fille donna un grand coup de pied dans la porte. Ce geste de violence n'eut pour effet que de lui apporter une douleur vive dans le gros orteil droit. Qui était la triple bouse de dragon qui avait dit un jour que la vie était bien faite ? Il était absolument scandaleux que les sorciers ne puissent pas tuer les fantômes une seconde fois ! June aurait fait un carnage. Une fois calmée, elle s'assit par terre - une chance que le sol n'est pas été trempé ce jour-là - et tenta de trouver une solution qui remédierait à son problème. Prendre le risque d'appeler au secours, et de voir une petite première année voler à son secours ? Jamais ! Elle voyait déjà l'article dans le journal de l'école; June Delware, sixième année à Serdaigle, sauvée par une première année. Bonjour la honte ! Elle qui avait toujours réussit à garder inaperçues ses boulettes n'allait pas risquer de tout flanquer par terre maintenant ! Non, elle devrait trouver le moyen de sortir par elle-même, ou bien attendre que l'humeur de Mimi s'adoucisse, ce qui risquait fort de ne jamais arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayten Y. Oztürk
Serdaigle & Co-fondatrice <3
  Serdaigle & Co-fondatrice
avatar

Féminin
Nombre de messages : 590
Age : 26
Emploi : Elève de sixième année chez les Serdaigle
Petite Dédicace : J'vous aime =D
Date d'inscription : 12/01/2008

Feuille de personnage
Amis/Ennemis:
Message Personnel:
Humeur actuelle:
8/10  (8/10)

MessageSujet: Re: Toilette Royale [PV: Ayten]   Sam 28 Juin - 4:13

    - Tu crois que c’est bien comme ça ?
    - Peut-être un peu plus à droite.
    - Non à gauche.
    - Non à droite, essaie.
    - Tu vois, à gauche ça aurait été mieux, beaucoup mieux !


    * Ouais, pis sinon t’enlèves cet horrible ruban vert de tes cheveux et t’auras moins l’air d’un troll *

    - Ou sinon, tu as le violet.
    - Oui, il irait hyyyyyyper bien avec tes yeux.
    * Et ta connerie ? Elle irait bien avec quoi elle ?*

    Il n’y avait vraiment rien à faire. Ayten aurait toujours aussi mauvais caractère, aurait toujours un œil méprisant sur ce qu’elle considérait comme de vrais enfantillages. C’est vrai, quoi, qu’est-ce que l’on en avait à foutre que telle couleur allait bien avec telle couleur ? Le plus important ce n’était pas ça dans la vie. Pourtant, les commentaires sarcastiques qu’elle leur lançait dans sa tête, ne la calmait même pas. Ce qu’il aurait fallu c’était une bonne tarte dans la figure de chacune des péronnelles qui se pavanait devant elle. Elle commençait à en avoir ras la casquette de leurs discutions, et même si ces filles étaient dans sa maison, elles n’étaient vraiment pas intelligente. C’est vrai quoi, il y avait ‘autres sujets primordiaux. Genre qu’est-ce qu’on va manger ce soir ?

    - Ho mon dieu chérie ! Tu es …
    *Immonde*
    - Magnifique ! Le violet est vraiment TA couleur trésor.
    * A-R-G-H !*

    Excédé par tant de vanité - Est-ce qu’elle se vantait elle d’avoir les cheveux lisses naturellement, un teint bronzé toute l’année, et des yeux noirs ? Non. Bon, okay, c’était principalement parce qu’elle aurait voulu être blonde aux yeux bleus. Petite, mince. On n’est jamais content de ce que l’on a n’est-ce pas ? Parenthèse terminée, reprenons – la jeune Serdaigle se leva, fusilla du regard les trois gamines, avant de partir d’un air digne, la tête haute. Les troisièmes années ne firent même pas attention à elle, bien trop occupées à vanter les mérites de ce ruban violet, tout a fait immonde entre nous. De toute façon, le violet c’est moche. D’abord. Pareil pour l’OL.

    Une fois qu’elle eu claqué la porte de la salle commune. Dans ses rêves parce que bon, les tableaux ne jouaient jamais le jeu et ne se laissaient jamais frapper. Bon, donc. Une fois que notre charmante, intelligente, gentille et franche, très franche, Serdaigle eu finit sa petite crise, elle se retrouve fort ennuyée. Qu’allait-elle donc bien faire jusqu’au déjeuner ? Soupirant discrètement – quelques témoins diront ensuite avoir vu bouger les vases près d’Ayten – la jeune Serdaigle tourna plusieurs fois sur elle-même hésitant à revenir s’asseoir dans la salle commune. Ou alors elle pouvait aller faire un tour aux cuisines, à la bibliothèque …

    … ou en cours de potions.

    ****** de *****. Le cours de potions. Elle l’avait totalement oublié. Dans exactement ... ah non, elle était déjà en retard. Argh, Grhhh, hiiii ! Et tant d’autres onomatopées totalement incompréhensibles et n’ayant rien à voir. Ayten n’était jamais en retard en cours ! C’était une opposition totale, un oxymore parfait, vous ne trouvez pas ? Bon, ce n’était pas le moment de faire de la grammaire. C’était plutôt le moment de mettre en avant ses talents d’athlète. Tout en espérant un miracle car Ayten n’avait rien, mais alors vraiment rien, d’une grande sportive.


    - Excusez-moi je suis en retard, désolée. C’est la faute du marmot là, en tout cas il s’en souviendra. Avoir tenté de me faire un croche pieds alors que je faisais tout pour arriver en avance, non mais où va la jeunesse de nos jours, grhplelplagrh.

    De mauvaise foi, de mauvaise humeur et ce, de pire en pire, tandis qu’elle parlait, la bleue et bronze s’installa près d’une chaudron, avec des camarades de la même année qu’elle. Elle repensa brièvement au sort de Furonculus qu’elle avait lancé au petit de Serpentard qui l’avait bien cherché. Cela ne lui rendit pas toute sa bonne humeur habituelle – et non ce n’est pas lié au fait qu’une Ayten de bonne humeur ça n’existe pas, merci – mais au moins cela lui rappela qu’elle était dans une salle de classe. La Goutte du Mort vivant. Voilà qui avait l’air d’être passionant. Ayten essaya de s’intéresser à ce qu’il se passait jusqu’à la fin, réussit plutôt bien sa potion, d’après elle. La sonnerie vint la libérer, elle rendit sa potion au professeur. Les cours de la matinée étaient terminés, maintenant : manger. Suivant la masse d’élèves qui se dirigeaient d’un seul pas vers la grande salle, la bleue et bronze soupira. Juste pour le plaisir.

    - Attentiiiiiiiion ! Argh, outch. Euh… pardon !
    * Pardon ? Suspect *

    C’est au moins des excuses écrites et signées par ses parents qu’Ayten aurait eu besoin. Le sale blaireau qui venait de la bousculer, sans oublier au passage de lui renverser un peu de sauce dessus parce que sinon ce n’est pas drôle, la regarda d’un air contrit. Même Heather Berkeley l’aurait trouvé attendrissant. Mais pas Ayten. Fusillant l’idiot du regard, elle se dit qu’il ne perdait rien pour attendre. Mais pour l’instant, ce n’était pas ses principaux soucis. Elle était toute tâchée, et elle avait cours dans … bonne question. Toujours est-il qu’elle devait aller se nettoyer. Urgence oblige, les toilettes de Mimi Geignarde feraient l’affaire.

    - Pardon, je t’en foutrais des pardons au cul moi. « Carnage dans le dortoir des Poufsouffle », Peggy s’en donnerait à cœur joie là.

    Tout en grognant la bleue et bronze ouvrit l’un des robinets. On aurait dit qu’à tout moment l’eau allait s’arrêter de couleur. Grognant –encore et toujours-, elle attrapa le pan de sa chemise qui avait reçut la sauce, et la passa sous l’eau. Cela partait difficilement mais cela partait. Soupirant pour bien marquer son dégoût des Poufsouffle, elle en rajouta.

    - La pendaison. Ou mieux le bucher. Ou l’écartelage.

    Merlin dû l’entendre proférer de telles abominations car il sorti le grand jeu. L’embout du robinet s’envola et avec la pression, il parti en ligne diagonale. Droit entre les deux yeux de la jeune fille. Vous y croyez-vous ? L’eau continuait de gicler tout autour d’elle, sur elle, par terre, et Ayten avait mal à l’endroit précis où l’embout l’avait frappé. Mais très mal. Essayant de garder son sang froid, tant bien que mal, elle hurla :

    - JE HAIS LES POUFSOUFFLE !

    C’était sa journée décidément, pensa-t-elle. Sans se douter qu’à quelques mètres d’elle, une de ses camarades était en train de vivre une journée tout aussi merveilleuse que la sienne, à peu de choses près.

_________________
Admin super méchante
Ayten, présidente king
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lashlabask-x.forum-actif.net
 
Toilette Royale [PV: Ayten]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» |G.Royale|
» Une fleur de Lys pour l'Allumeuse Royale
» [Lieu] La Feuille Royale
» Chantier naval de la Marine Royale
» x Toilette Matinale x [Patte de Louve]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lashlabask :: [*~~A poudlard~~*] :: Deuxième étage :: Les toilettes de Mimi Geignarde-
Sauter vers: